By:
09-09-2015

Ce Métier Rapporte 85 000 Euros Par Ans Mais Personne N'est Preneur

Si vous en avez marre de trimer chaque jour pour un salaire de pacotille, voici un emploi qui pourrait vous intéresser: sexeur de poussin. Ce métier, qui consiste à faire le trie entre mâles et femelles au lendemain du jour de ponte, est extrêmement rémunérateur: il peut rapporter 85 000 euros par ans! Et comme personne ne veut faire ce travail, vous avez toutes les chances d'être pris… en Angleterre.

Un métier exigeant!

Car dans ce pays, le secteur fait face à une pénurie de main-d’œuvre. Plus personne ne semble vouloir faire ce métier pourtant vital pour le secteur. Certes, le salaire est attractif, mais passer 12 heures par jours dans un entrepôt à regarder le derrière des poussins l'est moins. Et le tout sous une lumière de 200 Watt, avec blouse blanche et masque. Sans compter que c'est un métier exigeant: il faut pouvoir déterminer le sexe du petit animal en moins de 4 secondes pour ensuite les séparer. Ce n'est pas simple: le poussin n'a vécu qu'entre un et trois jours, et ses parties génitales sont très peu développées. 3 ans de formations sont d'ailleurs nécessaires pour mener à bien cette action. Il faut donc une grande dextérité, de la rapidité et un œil averti. La marge d'erreur ne doit pas dépasser les 2 %.

Le destin des poussins

Mais ce n'est pas le plus rebutant: les poussins qui ont le malheur d'être des mâles sont immédiatement tués. Le sexeur les dépose sur un tapis roulant qui les emmène directement vers une broyeuse mécanique à un rythme industriel. Imaginez ceci: chaque sexeur trie environ 1000 poussins par heures et près de la moitié d'entre eux sont des mâles. Et c'est parfois encore pire: certains se contentent de les entasser dans des sacs-poubelle pour les étouffer. Vivants, ils ne sont pas rentables: un coq ne produit que peu de chair, il lui faut une grande quantité de nourriture, et bien sûr il ne produit pas d’œufs. La pression économique ne laisse souvent pas le choix aux éleveurs qui veulent rester compétitifs. Malgré le caractère profondément inhumain de cette méthode, ce métier a le vent en poupe dans d'autres pays.
Page 1 de 2Suivante >>
J'aime News © 2016.