By:
28-08-2015

L’ail Contre La Maladie D’Alzheimer Et La Maladie De Parkinson

L’ail est l’un des végétaux les plus répandus au monde; il est particulièrement apprécié pour ses bienfaits contre l’excès de cholestérol et l’hypertension, mais aussi contre les maladies cardio-vasculaires et les ictus. Une étude scientifique s’est également penchée sur les effets bénéfiques que l’ail peut avoir sur les maladies neurologiques comme Alzheimer ou Parkinson.

Les propriétés de l’ail

On considérait déjà l’ail comme un « super-aliment », consommé sous forme de complément alimentaire, grâce à ses composés organosulfurés (allicine), qui ont des effets antioxydants et anti-inflammatoires, mais aussi hypolipidémiques, antiplaquettaires et neuroprotecteurs. Mais ce n’est pas tout. Une récente étude réalisée par l’université du Missouri, intitulée « Proteomic Analysis of the Effects of Aged Garlic Extract and Its FruArg Component on Lipopolysaccharide-Induced Neuroinflammatory Response in Microglial Cells » et publiée dans PLOS One a analysé les effets sur les cellules microgliales du FruArg, un nutriment présent dans l’extrait d’ail vieilli et dérivé d’un glucide. La microglie désigne des cellules immunitaires présentes dans le cerveau et dans la moelle épinière, et constituant la principale ligne de défense du système nerveux central: en réponse à un stress environnemental ou une inflammation, ces cellules se multiplient, se déplaçant vers l’endroit d’une blessure afin de protéger d’autres cellules du cerveau de la destruction. Or, ce faisant, elles produisent du monoxyde d’azote NO lequel, en excès, provoque des lésions aux cellules cérébrales et favorise les maladies neuro-dégénératives.

L’action du FruArg

Or, ce nutriment protégerait le cerveau du vieillissement et de maladies neuro-dégénératives. L’équipe du professeur Zezong Gu a ainsi observé l’aptitude de cet élément à empêcher le stress environnemental d’occasionner des dommages aux cellules du cerveau; il pourrait même inverser ces dommages. Cet élément permet en effet de réduire la quantité de monoxyde d'azote dans le cerveau. Il favorise en outre la sécrétion d'antioxydants protecteurs pour les cellules. Ainsi, l’ail rend le cerveau plus résistant au stress et l’inflammation, deux facteurs associés aux maladies neurologiques et au vieillissement, précise le professeur Gu. Celui-ci compte en outre bien poursuivre ses recherches, afin d’étudier les effets du FruArg sur d’autres cellules du corps liées au cancer, au diabète et aux maladies cardiaques.
J'aime News © 2016.